Sonia Goulvent : un regard sur le doute et la solitude avec la Potsdam Kino 120

Sonia Goulvent est une photographe argentique installée à Bordeaux qui travaille en noir & blanc car l'absence de la couleur lui permet de "capter l'essentiel". Nous lui avons confié quelques rouleaux de notre pellicule Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino avec lesquels elle a réalisé un projet très personnel : ses photographies métaphoriques capturées dans le désert nous parlent des sentiments qui l'ont traversée à une période de sa vie...

Photos prises par Sonia Goulvent avec la Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino.

Bonjour Sonia et bienvenue sur le magazine Lomography ! Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour ! Merci de me faire une nouvelle place sur le Magazine Lomography !
Je vis actuellement à Bordeaux et je suis photographe depuis 2006. C’est au cours de ces six dernières années, et grâce à de très belles rencontres, que j’ai réellement pu apprendre et évoluer dans le milieu de la photographie argentique.

Parles-nous de ton histoire avec la photographie argentique ?

Dans les années 80, le numérique n’existait pas encore… J’ai donc grandit avec la photographie argentique. Je ne saurais pas dire à quel âge exactement j’ai testé ma première pellicule en noir et blanc. Mais une chose est certaine, je suis tombée sous le charme. En tant que photographe professionnelle, j’ai du répondre à certaines demandes avec le numérique. Mais je ne me retrouvais pas vraiment. Il me manquait tout ce que l’argentique peut procurer, aussi bien pendant la prise de vue, qu’au développement de la pellicule… C’est donc en 2014, que je décide de me séparer de tout mon matériel numérique pour un retour exclusif à l’argentique.

Qu'est-ce que tu recherches quand tu prends des photos ?

J’aime l’authenticité. Je cherche à transmettre ce que je vois, et exprimer ce que je ressens… ou l’inverse ! Pour chaque photo, je m’impose une seule prise, c’est du One Shot. Chaque rencontre, chaque sujet a sa propre histoire. Et je fais de mon mieux pour poser sur pellicule ces échanges et ces émotions avec justesse.

Photos prises par Sonia Goulvent avec la Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino.

Nous t'avons confié des rouleaux de notre pellicule 120 monochrome Potsdam Kino, peux-tu nous parler de ton approche de la photographie en noir et blanc ? Et de la photographie moyen format ?

Merci Lomography ! Mon approche est simple, et spontanée. La photographie en couleur ne me met pas à l’aise. J’aime la pellicule noir et blanc parce qu’elle me suffit à capter l’essentiel… Je ne travaille qu’en lumière naturelle et en noir et blanc par souci de vérité, de conformité dans mes images. La photographie moyen format me permet d’apprécier d’avantage le grain, les contrastes et toutes les nuances de gris. J’aime aussi la contrainte du 120, et ses 12 vues seulement, qui me permet d’être plus intuitive. Et entre nous, un appareil photo argentique moyen format ne laisse pas indifférent !

Tu sembles avoir capturé des images métaphoriques avec notre Potsdam Kino. Peux-tu nous en dire plus sur ce projet photo que nous présentons aujourd'hui ?

Ce projet photo est personnel. C’est un dialogue que j’ai eu avec moi même pendant une période difficile… Un moment dans ma vie, qui m’a semblé être une éternité. Ces images traduisent donc ces épreuves qui paraissent insurmontables, ces moments de solitude, de doute, de tourment, d’abandon, d’échange et de réconciliation… Quand Lomography m’a proposé de tester la Potsdam Kino, c’est devenu une évidence ; mettre en images cet état, ce bouleversement. Je remercie mon amie Laury qui s’est donnée completement et qui m’ a permis de réaliser ce projet…

Photos prises par Sonia Goulvent avec la Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino.

Parlons technique : quel appareil, objectif, filtres ou autre accessoire as-tu utilisés pour tester la Potsdam Kino ? As-tu développé tes pellicules toi-même ou est-ce que tu as apporté tes rouleaux dans un laboratoire ?

Techniquement, pour chaque séance, j’utilise seulement un appareil et un objectif. Pour ce test, j’ai pris mon Pentax 67 et l’objectif smc 55mm f4. De retour à Bordeaux, j’ai préféré déposer les Potsdam Kino dans un des meilleurs laboratoires du centre ville (qui est malheureusement fermé depuis…), pour être certaine de ne pas rater le développement.

Photo prise par Sonia Goulvent avec la Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino.

Qu'est-ce que tu as pensé de la Potsdam Kino ?

J’ai d’abord été surprise en découvrant quelques traces sur la pellicule. Les changements brutaux de températures avaient dégradé l’émulsion (et oui, parce qu’entre la chaleur du désert et la climatisation de la voiture, il y avait près de 20° de différence). J’ai ensuite pris le temps de découvrir mes photos et d’apprécier le résultat. Il était interessant et faisait écho à mon projet. La Potsdam Kino y a apporté plus d’authenticité. Le hasard fait parfois bien les choses. J’aime le grain très doux de la pellicule. Ses nuances de gris sont superbes.

Des projets à venir pour 2020 dont tu aimerais nous parler ?

Il y a effectivement des projets qui se mettent en place en ce début d’année. Je travaille actuellement, sur l’édition de mon premier livre. Le projet final sera présenté courant Mars… Et aussi, je suis sur la réalisation d’une petite série d’instantanés, faite avec mon Polaroid sx70, qui sera visible à Bordeaux en Avril. Si vous êtes curieux, Stay tuned !!!

Photos prises par Sonia Goulvent avec la Lomography B&W 100/120 Potsdam Kino.

Pour voir plus de photos prises par Sonia Goulvent, rendez-vous sur son site web et sur son Instagram.

written by florinegarcin on 2020-03-06 #people #potsdam-kino #sonia-goulvent

More Interesting Articles