Festival de Cannes - Projection de My Little Princess

On ‘Ne sourit pas ’ dans My Little Princess d’Eva Ionesco. L’actrice et maintenant réalisatrice déroute avec un premier long métrage inspiré de sa propre vie.

Nos lomographes mikahsupageek et cc-in-paris ont assisté hier à la projection de My Little Princess, réalisé par Eva Ionesco. Voici leurs impressions…

Un film plutôt polémique, qui traite d’un érotisme interdit, d’inceste et d’une relation des plus étrange entre mère et fille.

La jeune et innocente Violetta (Anamaria Vartolomei), se fait embrigader dans le monde artistique de sa mère (Isabelle Huppert), une photographe excentrique. Un monde auquel elle n’appartient pas (encore) et qui va lui voler son innocence.

Dès la première séance photo que sa mère fait d’elle, accompagnés de gémissements, les clics du déclencheur nous rappellent un ébat sexuel inconfortable.

La liberté d’expression artistique est poussée dans ses limites avec les différentes scènes de photo-shoot que l’on voit. Armée de son reflex argentique Nikon et de ses pellicules Kodak Tri-X 400, la mère se trouve en clash continuel avec sa fille, qui après avoir naturellement ressenti l’excitation d’atteindre la maturité de femme avant l’heure, se rebelle et interdit finalement sa mère de la photographier nue. Tout au long du film, l’innocence dans les yeux de la jeune fille se dissipe devant l’objectif pour laisser place à un regard affecté, profond et déroutant.

L’amour et la haine, combat éternel entre une mère et une fille aux caractères similaires, balancent ce film sur une corde étroitement tendue entre l’art interdit et l’art toléré.

Un équilibre que tout photographe se doit de rechercher.

Voici la bande annonce du film :

Retrouvez d’autres informations sur ce qu’il se passe à Cannes sur le blog de cc-in-paris et sur notre flux d'informations en direct !

written by fredericdith on 2011-05-18 #lifestyle #festival #film #movie #princess #trailer #cannes #little #my #huppert

More Interesting Articles