Le Grand Livre du LC-A Chapitre 59: La fin Tragique de la Photo et de la Production Cinématographique

La fermeture des segments improductifs de la photo et de la production cinématographique a eu comme effet immédiat une plus grande liberté économique, ce qui a probablement sauvé l’entreprise. La gamme et le nombre de produits ont été revus à la baisse pour passer de 700 à 150. En 1990, le dernier projecteur cinématographique – qui a été utilisé dans l’ensemble des 150,000 cinémas de Russie – est parti à la benne.

S’étant elle-même plus ou moins constituée comme une société d’actionnaires, la LOMO PLC a reçu deux principales recommandations de ses conseillers américains: 1.Mettre en place un département de marketing et de relations publiques (quelque chose de totalement inutile à l’époque soviétique) pour faire de son nom une marque et communiquer sur ses produits. 2.Choisir des segments de production restreints qui semblent prometteurs au vu du marché actuel. Il a alors été décidé que la photographie et la production cinématographique étaient obsolètes. Les photographes et cinéastes amateurs, qui avaient adoré et avaient grandi avec les produits de la LOMO PLC tels que les Fotokor, Lubitel, Smena et LOMO LC-A, étaient en état de choc. Leur production était tout simplement trop chère, et ils étaient techniquement obsolètes. Beaucoup de russes n’avaient pas d’argent et n’en avaient pas besoin et ceux qui pouvaient se le permettre préféraient acheter de la technologie occidentale moderne plutôt que le la conception soviétique ancienne.

La fermeture des segments improductifs de la photo et de la production cinématographique a eu comme effet immédiat une plus grande liberté économique, ce qui a probablement sauvé l’entreprise. La gamme et le nombre de produits ont été revus à la baisse pour passer de 700 à 150. En 1990, le dernier projecteur cinématographique – qui a été utilisé dans l’ensemble des 150,000 cinémas de Russie – est parti à la benne. Le Smena 35 était fabriqué comme étant le dernier d’une longue série de Smena (ce dernier modèle était presque entièrement fait de plastique et avait un adaptateur pour flash), et tous les autres appareils de photo et de cinéma ont lentement dû faire face à leur disparition. Seul le LOMO LC-A a réussi à survivre à ces années difficiles. Comme vous pouvez le voir, tous ces évènements et développements ayant eu lieu au début des années 90 ont fortement influencé les aspirations naissantes de la Lomographic Society. Il faut absolument que vous ayez une lecture approfondie de la partie du livre concernant l’histoire du LOMO LC-A pour plus d’informations (voir page 60).

En plus des changements profonds ayant cours dans l’ancienne société soviétique, la vie à l’usine LOMO PLC a elle aussi changé de manière radicale. Une analyse financière détaillée a montré que l’on pouvait raisonnablement estimer à 11,000 le nombre d’employés à y travailler. Il avait par ailleurs été démontré que la société était surchargée, avec une infrastructure sociale difficile à maintenir étant donné l’état du marché. Concrètement, cela signifie que la belle époque des sessions quotidiennes du club LOMO PLC était finie et qu’environ 15,000 employés devaient quitter l’entreprise.

Découvrez l’intégralité du livre ici

written by ungrumpy on 2011-05-08 #library #lomographie #grand-livre-du-lc-a #extrait #hitoire
translated by kamilou

More Interesting Articles