Chaz Navarro, de Paris à New York avec le Lomo LC-Wide

Nous avons confié notre appareil argentique Lomo LC-Wide au photographe Chaz Navarro. C'est avec l'appareil glissé dans sa poche que Chaz s'est baladé dans les rues parisiennes et new-yorkaises l'hiver dernier. Nous lui avons posé quelques questions sur l'argentique, ses inspirations et ses photos ! Découvrez ses réponses et ses clichés sans plus attendre.


Bienvenue sur le Magazine Lomography, Chaz ! Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Salut Lomo ! Je m'appelle Chaz Navarro, j'ai 30 ans, je vis à Paris et je suis vidéaste & photographe indépendant.

Quel a été ton premier contact avec la photographie et la vidéo ?

Concernant la vidéo, j'y ai été initié assez tôt par mon père Jacques Navarro-Rovira qui est réalisateur de documentaire en Polynésie Française. Dès que j'en ai eu l'âge il m'a pris comme stagiaire et assistant sur ses différents tournages dans les îles. J'ai eu la chance de toucher un peu à tout (régisseur, cadreur, ingénieur du son...) et donc de découvrir le travail de vidéaste dans son ensemble.

Pour ce qui est de la photo bizarrement c'est arrivé un peu plus tard. C'est mon cousin Léonard Porché, vidéaste et photographe de talent, qui m'a mis dedans quand je suis arrivé à Paris. On passait toutes nos journées ensemble à se balader dans les rues, à faire des photos de tout et n'importe quoi. C'est lui qui m'a poussé à m'acheter mon premier réflex numérique, c'était un D90 de chez Nikon. C'était de la photographie assez naïve et sans prétentions mais c'est comme ça que j'ai commencé.

Photos prises par Chaz Navarro avec le Lomo LC-Wide et la pellicule Lomography Color Negative 400 ISO.

Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?

C'était il y a un an et demi en 2018 lorsque que ma copine Diane Sagnier (elle aussi photographe et réalisatrice de talent : diane_campclaude) et moi sommes partis à Tahiti en Polynésie Française pour voir mes parents. Mon père m'a donné un appareil photo argentique sous-marin le Nikonos IV, un boitier Nikon sorti dans les années 80. Je l'ai utilisé tout au long de mon séjour, notamment lors d'une sortie en plongée sous-marine. Après avoir terminé ma première pellicule, je me rend compte que les joints d'étanchéité étaient usés et un tout petit peu d'eau de mer s'était infiltrée dans le boitier. Je laisse donc le boitier sécher au soleil. Évidemment l'eau s'évapore mais laisse des grains de sel sur la pellicule et au moment de la rembobiner, je sens les grains de sel qui raillent ma pellicule. J'ai eu peur du résultat mais au final ça a créé des aberrations et des traînées de couleur partout sur mes clichés. La magie de l'argentique quoi.

Photos prises par Chaz Navarro avec le Lomo LC-Wide et la pellicule Lomography Color Negative 400 ISO.

Tu travailles autant sur des projets personnels, qu’avec le groupe Camp Claude ou des marques comme Eastpak et Valentino. Comment décrirais-tu ton style ? Que cherches-tu à exprimer lorsque tu photographies ou filmes des visages, des scènes ?

Je pense que j'ai un style assez lifestyle à l'heure actuelle. Je suis plus attiré vers des images instinctives, brutes. Ce que je vais dire n'est pas forcément très original mais je cherche surtout à immortaliser des instants, des ambiances ou encore des sentiments. J'aime capturer des moments. Que ce soit en photo ou en vidéo d'ailleurs. Et comme beaucoup de photographe, ça se traduit souvent par des visages, des expressions, de l'architecture et évidemment par la lumière. Même si je suis admiratif des photographes et vidéastes qui posent et travaillent leurs cadres, ce n'est pas vraiment le style d'image qui me définit. Ce qui me plaît (pour le moment en tout cas) c'est surtout la poésie de l'instant.

Et alors ce voyage aux États-Unis ! Racontes-nous tout.

C'était vraiment cool ! Je suis resté principalement à New York et plus précisément à Brooklyn malgré une escapade dans le Massachusetts.
New York est une ville vraiment photogénique, l'architecture particulièrement. Même dans les endroits délabrés. C'est une ville cosmopolite qui ne dort jamais, la scène artistique underground y est très présente, on y rencontre des gens de tous les horizons. C'est cette émulsion qui fait la beauté de New York.
C'était donc un voyage des rencontres, de concerts, d'expositions et bien sûr de photographie !

Photos prises par Chaz Navarro avec le Lomo LC-Wide et la pellicule Lomography Color Negative 400 ISO.

Quel est la chose la plus inattendue qui te soit arrivée en arrivant à New York ?

C'est définitivement lorsque j'ai rencontré Devonté Hynes, le chanteur et compositeur du groupe Blood Orange, par hasard dans une bijouterie sur Canal Street.
J'étais comme un gosse haha ! On a discuté un moment, il est adorable en plus d'être talentueux et charismatique.

Pourquoi cette passion pour les cagoules ?

Haha, très bonne question ! Ce n'est pas vraiment une passion mais plutôt un hasard en fait. À New York j'ai passé pas mal de temps avec mon ami Steven (musicien & compositeur : Bosco Delrey) qui a l'habitude de porter une cagoule l'hiver à cause du froid et des possibles tempêtes de neige, comme beaucoup de New Yorkais d'ailleurs. Et comme j'aime avoir des modèles dans mes images, Steven était souvent l'un d'eux et la cagoule était son accessoire. Mais peut-être qu'inconsciemment j'en ai joué. Je crois que j'aime bien l'idée de ne pas pouvoir mettre de visage sur une silhouette ou un individu dans une époque où internet et les réseaux sociaux nous incitent constamment à nous montrer à travers des selfies et des photos de soi.

Qu’est-ce qui t’a le plus plu chez le Lomo LC-Wide ? Des conseils d'utilisation ?

Ce que j'ai aimé avec le LC-Wide c'est d'abord sa taille. Il est minuscule et donc super facile à transporter. Je me baladais constamment avec le boitier dans la poche de mon manteau. Pratique ! Ensuite la possibilité de choisir le format (Half Frame & Full Frame) c'est quand même vraiment cool ! Sans parler de la double exposition dont je suis fan...
Si j'avais un conseil d'utilisation à donner ça serait d'utiliser le flash qui va avec, même pour des clichés en pleine journée. Le LC-Wide capture très bien la lumière artificielle et ça donne souvent de bonnes surprises.

Photos prises par Chaz Navarro avec le Lomo LC-Wide et la pellicule Lomography Color Negative 400 ISO.

Un cliché préféré ? Si c’était une chanson, laquelle serait-il ?

Elle est pas facile cette question... Mais je dirais une photo de Ren Hang sur laquelle on voit une jeune femme nue regarder un jeune homme nu lui aussi sauter le long d'un mur en béton. Et si ce cliché était une chanson il serait Master of None de Beach House.

Si tu pouvais rencontrer un artiste, mort ou vivant, qui serait-ce ?

En parlant de questions pas faciles... Je pourrais me répéter et parler de Ren Hang mais je dirais Aldous Huxley même si il n'était pas vraiment considéré comme un artiste alors qu'il l'était beaucoup plus que certaines personnes qui prétendent l'être.

Quels sont tes projets pour 2019 ?

Cette réponse est classée confidentielle... ;)

Photos prises par Chaz Navarro avec le Lomo LC-Wide et la pellicule Lomography Color Negative 400 ISO.

Retrouvez Chaz sur son Site web et son Instagram !

written by Lea Fernandes on 2019-09-29

Mentioned Product

Lomo LC-Wide

Lomo LC-Wide

Capture your life in wide angle with the world's widest 35mm compact camera with a 17mm ultra-wide-angle lens.

Add to Cart

More Interesting Articles