La Mini-Transat avec Stan Thuret et son Diana Mini !

Passionné de cinéma - dont il a fait son métier - Stan Thuret navigue en Bretagne depuis son plus jeune âge. Depuis plusieurs années il jongle entre ses deux passions en réalisant des parodies de films ou de publicités sur le thème de la Mini-Transatlantique.
C'est en octobre 2017, après 4 ans de préparation, qu'il fait partie des 81 concurrents au départ de la Mini-Transatlantique, avec sa caméra et son Diana Mini.

Bonjour Stan, peux-tu te présenter à la communauté ?

Stan Thuret, j’ai 30 ans, Breton d’adoption depuis 7 ans. J’ai été assistant-réalisateur sur des long-métrages pendant 8 ans avant de me lancer le défi un peu fou de faire de la course au large, et plus particulièrement de participer à la Mini-Transat. Et cette idée m’est venue en filmant et en photographiant des bateaux de course.

Pour les néophytes, c’est quoi la Mini-Transat ?

La Mini-Transat, c’est la plus belle des courses transatlantiques. Lancée en 1977, le concept est tout simple : traverser l’Atlantique en solitaire sur un voilier de seulement 6m50 sans communications avec la terre, sans assistance, sans cartographie electronique !
C’est une course à l’ancienne avec des cartes papiers, sans téléphone satellitte. C’est une vraie coupure spacio-temporelle, et c’est aussi un rite de passage.
Les plus grands navigateurs sont passés par là au début de leur carrière : Michel Desjoyeaux, Thomas Coville, Samantha Davies, Roland Jourdain, Loick Peyron … Cette année nous étions 81 au départ de La Rochelle pour aller vers La Martinique, en passant par Les Canaries

Depuis quand fais-tu de la photographie ?

Je me suis vraiment penché sur la photo quand j’ai acheté mon Canon 7D en 2010.
Au début c’était surtout pour faire de la vidéo…mais grâce à lui j’ai découvert le principe du reflex, des optique, etc.
La photo est très complémentaire avec mon métier, il y a cette notion de cadre, de lumière, de mise en scène.

Quel est ton rapport avec l’argentique ? Depuis combien de temps en fais-tu ?

J’adore la pellicule, surtout en cinéma ! Mais c’est devenu tellement rare… J’aime savoir que je fige physiquement une image, qu’il peut se passer des accidents, ne pas tout contrôler…et avoir un résultat vivant !
J’ai tourné plusieurs fois des petits films en Super8 et j’avais fait quelques tests sur un Lomo il y a 5 ans… et là, cet été je suis arrivé à New-York après une course sur un grand trimaran où j’étais mediaman, je suis tombé sur la boutique Lomo à Union Square et j’ai flashé sur un Mini Diana Monte Rosa Edition aux couleurs de mon bateau. Je me suis dit que c’était une super idée pour ma transat !

Quel est ton souvenir le plus marquant durant cette traversée ?

L’émotion du départ. Quitter la terre, dire au revoir à ses proches…c’est super fort.
Et puis l’arrivée forcément. Réaliser qu’on a traversé ! C’est tellement bon quand ça s’arrête.

18 jours seul, c’est long ! Qu’est-ce qui t’a permis de tenir ?

12 jours pour la première étape. 18 pour la deuxième, dont 8 jours sans croiser aucuns bateaux…oui ça peut être long parfois !
On apprend à s’ennuyer. Mais c’est un luxe dans le monde dans lequel on vit désormais. Sur le moment parfois c’est super dur…
Mais ce qui motive c’est de savoir que la famille, les amis, les sponsors sont là, à terre et qu’ils suivent ta trace sur la cartographie.
C’est une course en solitaire…mais j’ai embarqué tellement de monde avec moi !

Penses-tu que la photographie est un art solitaire ?

C’est une réflexion assez juste…il faut savoir être patient…saisir le bon moment. Et c’est plus simple de le faire en solo.
Mais comme la voile, même si c’est en solitaire, le but final reste le partage avec un public.

Qu’est-ce que tu penses du Diana Mini ? As-tu des conseils à donner ?

J’adore mon Diana ! Il est petit et costaud. Je l’ai un peu maltraité dans mon bateau. Il a fait chaud, humide, il y a eu des embruns…mais il a tenu le coup !
Mon environnement de jeu était un peu réduit mais le conseil que je veux donner aux autres, et à moi-même, c’est d’essayer de l’avoir toujours à porter de main pour pouvoir réagir vite et saisir les idées au vol !

Quels sont tes projets ?

Je me lance dans la réalisation d’un long-métrage sur la course au large, histoire de lier mes deux passions. Il y a beaucoup de choses à raconter sur ce qui se passe en mer dans la tête d’un marin.

Un dernier petit mot ?

Je suis très heureux d’avoir ces souvenirs argentique de ma Mini-Transat. Ça les rend bien plus beaux et bien plus forts !
J’ai hâte de continuer à tester pleins d’autres truc avec mon Diana. Vive Lomo !

2017-12-28 #news

Mentioned Product

Lomography Diana Mini

Lomography Diana Mini

The Diana Mini shoots 35mm film and produces dreamy, lo-fi shots. The camera lets you choose between half-frame and square frame shots. It also features a Bulb mode function which allows you to take long exposures and crazy light streaks!

Add to Cart

More Interesting Articles