Mexique : une exposition d'Henri Cartier-Bresson et de Paul Strand à la Fondation Cartier Bresson

Du 11 janvier au 22 avril 2012, la Fondation Henri Cartier-Bresson rendra hommage à deux grands maîtres de la photographie : Henri Cartier-Bresson et Paul Strand.

Henri Cartier-Bresson, Mexique, 1934 © Magnum Photos — Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson

La Fondation Cartier Bresson accueille depuis le début de l’année une exposition dédiée aux travaux d’ Henri Cartier-Bresson et de Paul Strand, photographe et peintre américain, pour mettre en perspective leurs travaux sur le Mexique entre 1932 et 1934. L’occasion pour le public de découvrir deux visions d’un même pays, mais également deux approches de la photographie.

Henri Cartier-Bresson débarque à Mexico en juillet 1934, pour mener une mission ethnographique en compagnie du Docteur Julio Brandan et soutenue par le musée du Trocadero, pour suivre la construction d’une route panaméricaine. Suite à quelques problèmes, la majorité des membres de l’expédition rentre en France, mais le photographe décide de rester car “il éprouve un véritable coup de foudre pour ce pays.” Surnommé “le petit français aux joues de crevette” par Lupe Cervantes, sa “fiancée” mexicaine, il parcourt le pays avec son Leica. Il explore le pays et se passionne pour cette culture, travaille pour la presse locale, pour finir par exposer son travail en 1935 avec le photographe mexicain Manuel Alvarez Bravo.

Henri Cartier-Bresson, Natcho Aguirre, Santa Clara, Mexique, 1934

C’est à l’automne 1932 que Paul Strand décide de venir au Mexique, pour y rester environ deux ans, et pour en repartir en décembre 1934. Avec le soutien de Carlos Chavez (responsable de la culture au Ministère de l’Éducation), il organise sa première exposition à la Sala de Arte du Ministère de l’Éducation en février 1933. Après ce succès, il partira explorer l’art et l’artisanat mexicain, et ramène de cette aventure des portraits de statues religieuses, d’hommes, de femmes et d’enfants dans les rues, mais également des photos de paysages et d’architecture.

Il passe ensuite plusieurs années à travailler non plus en tant que photographe, mais en tant que cinéaste au Mexique, avec diverses missions, dont la réalisation d’un film sur le Mexique, qui sera projeté au théâtre Juarez de Alvarado, le 4 juin 1936. Le public américain découvrira ce film sous le nom The Wave.

Paul Strand, Woman of Alvarado, VeraCruz, 1934

La mise en perspective de ces deux photographes ne va pas de soi. Les convergences sont nombreuses mais les styles varient profondément. À la fluidité du Français s’oppose l’immobilité de l’Américain. Tous deux voyagent au Mexique à la même époque, tous deux se croisent à New York en 1935, alors qu’ils rejoignent le groupe de cinéastes engagés Nykino, pour tenter une expérience cinématographique dans une phase clé de leurs deux carrières.

Paul Strand, Men of Santa Ana, Lake Patzcuaro Michoacan, 1933

L’exposition présente 90 tirages en noir et blanc : les oeuvres de Paul Strand proviennent de collections espagnole, américaine et mexicaine ; celles de Cartier-Bresson, dont certaines inédites, sont issues de la collection de la Fondation HCB. L’exposition sera présentée du 13 mai au 2 septembre 2012 au Point du Jour Centre d’art à Cherbourg.

Pour en savoir plus, rendez vous sur le site de la Fondation Cartier Bresson

_

Du 11 janvier au 22 avril 2012
Fondation Henri Cartier-Bresson
2 impasse Lebouis, 75014 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 13h à 18h30.
Le samedi de 11h à 18h45.
Nocturne le mercredi de 18h30 à 20h30.

written by fredericdith on 2012-02-23 #lifestyle #strand #paris #france #paul #cartier #bresson #henricartierbresson #paulstrand

More Interesting Articles