Have an account? Login | New to Lomography? Register | Lab | Current Site:

Le Lomo LCA+ ou le rêve lomographique

Le Lomo LC-A+ est l'appareil de toutes les rêveries. Un allié artistique, une prolongation du bras, un lien entre un cerveau rêveur et une main qui cherche à transcrire une vision onirique...

Mon allié artistique est donc le LC-A+ Russia Day, il m’accompagne partout, dans toutes les situations. Une place privilégiée que n’a aucun autre appareil que je possède. Celui qui permet un rêve continu et infini.

L’automne – Fuji Pro 400H

Il est celui qui transcrit le mieux ce que je ressens ou du moins ce que j’ai envie de montrer dans mon travail. Ceci est certainement dû à son objectif Minitar 1. En effet, le LC-A+ produit un contraste prononcé, des couleurs très vives et très saturées. Un outil qui permet un voyage surréaliste.

Quand je vous dis qu’il est de toutes les rêveries ! Il est le compagnon de mes ballades citadines où j’essaye de transformer ce qui m’entoure en contrées oniriques. Cet exercice est plus facile à réaliser avec ce type d’appareil, grâce à sa possibilité de double exposition directe et son calcul d’exposition automatique. Cependant, il demande de la pratique et le développement d’une technique inconsciente et automatique de réalisation.

Pour moi, le LC-A+ agit comme une prothèse, une sorte de continuité ou de prolongement de mon cerveau à travers la main et l’œil qui prennent ainsi plus un statut d’outil. En quelque sorte, l’appareil photo se substitue aux choses organiques, c’est pourquoi il prend ce statut prothétique.
Il est prothétique comme peut l’être un instrument de musique pour un musicien. Un prolongement du corps, une seconde entité car l’homme, avec l’appareil, est un photographe.

Le LC-A+ est l’outil de la rêverie, sa saturation de couleur permet de rendre le monde irréel, de le transformer grâce à la double exposition. En un sens, les photos réalisées au LC-A+ permettent un perte de repère de la réalité. Évidemment, nos détracteurs diront qu’il est possible de faire de même avec l’outil numérique, mais le rendu du LC-A+ est si spécial qu’essayer de le copier ne provoque qu’une tromperie flagrante.
Je pense particulièrement à une affiche que j’ai vu récemment pour le Festival de la Photo de Mode de Hyères.

En effet, l’esthétique et la technique du LC-A+ sont inimitables. Elles sont l’essence même du mouvement lomographique. Car dans nos sociétés actuelles, elles proposent une alternative. Autrement dit, une possibilité de penser, de réaliser et de rêver autrement qu’en numérique.

written by jaybees80

No comments yet, be the first

Read this article in another language

This is the original article written in: Français. It is also available in: English, 中文(繁體版) & 中文(繁體版).