Have an account? Login | New to Lomography? Register | Lab | Current Site:

Essai de La Sardina par les reporters de Paulette Magazine

Nous avons confié notre appareil La Sardina à trois reporters envoyées en mission sur le salon Who's Next 2012. Retrouvez dans la suite les photos de Charline, de Margot et de Vanessa, ainsi que leurs avis sur La Sardina !

Nous vous avons présenté La Sardina l’été dernier. Depuis, cet appareil compact et grand angle a gagné le coeur de nombreux (et de nombreuses) lomographes partout dans le monde. Sa taille compacte, sa facilité d’utilisation et les possibilités qu’elle offre en font un appareil idéal, que l’on soit totalement novice à la lomographie ou que l’on souhaite utiliser un appareil un peu différent pour expérimenter !

Depuis peu, la collection s’est agrandie avec l’apparition de la collection Saint Valentin et, plus récemment, des éditions Belle Starr et Coyote. Bref, il y en a pour tous les goûts !

Pour le compte de Paulette Magazine (avec qui nous avons fêté Noël, rappellez vous ), nous avons donné à trois de leurs lectrices la version Cubic de La Sardina sur le salon Who’s Next afin qu’elles identifient et photographient les tendances à venir dans le monde de la mode. Après le salon, et après avoir récupéré leurs photos, nous en avons profité pour demander à ces trois reporters ce qu’elles ont pensé de notre petit appareil, qu’elles essayaient toutes pour la première fois !

Vanessa

Premier contact avec la Sardina. Les reflexes du premier appareil photo que j’ai eu étant enfant remontent : la mis en place de la pellicule, les premiers essais, tourner la molette après chaque photos « crr crr crrr » ! J’adore ! Attendre que la petite lumière verte du flash s’allume dans un sifflement. Je ressens la même chose que Monsieur Bretodeau, dans Amélie Poulain, quand il tombe sur sa boite à trésors.

Une fois ces automatismes retrouvés, je me balade à travers le Who’s next ma Sardina « Cubic » à la main. Toutes les 2 minutes on m’arrête pour me demander si c’est un jouet, s’il fonctionne vraiment, on s’étonne de découvrir qu’il y a une vraie pellicule à l’intérieur et on le trouve « so cute ! », « beautiful ! » et « retro ». Du coup, ils acceptent tous de se faire tirer le portrait (les messieurs de la sécurité ont même réclamé leur photo !). Ce petit appareil n’est pas un jouet mais c’est fou comme il crée du lien social !
Il est plutôt simple à utiliser, même si quelques fois je me suis trompée dans les réglages (l’habitude de faire ma mise au point avec mon numérique…). Au développement, je me suis rendu compte que la plupart des photos étaient cadrées un peu bas, je retiens ça pour la prochaine pélloche.

Maintenant, que je connais le rendu, j’ai hâte de tenter plus d’expérimentations avec les filtres à clipser sur le flash, à photographier depuis la taille et peut être en essayant d’utiliser le flash séparé de la Sardina !

Retrouvez le compte rendu complet de Vanessa sur son blog et sur le blog de l’Atelier Paulette !

__

Margot

Cela fait quelques années que j’en rêvais, tenir un Lomo entre les doigts… La Sardina s’est imposée d’elle-même au salon Who’s Next ! Pratique, par sa taille, l’appareil se glisse facilement dans la poche et son poids est comparable à celui d’une plume… L’objet attire tous les regards et prend vite place au cœur des conversations avec les curieux.  La bête n’est pas facile à dompter mais une fois qu’on comprend comment la manipuler on peut facilement s’amuser (superposition de poses et changement d’ambiance avec une multitude de caches de couleur pour le flash)… j’ai passé de très bons moments avec cet appareil, et ça n’est qu’un début … Merci Lomography !

Retrouvez le compte rendu complet de Margot sur le blog de l’Atelier Paulette
__

Charline

C’est une bien belle boîte à Sardina ! Le modèle Cubic fait des ravages. Pourtant on ne sait pas bien ce qui se cache sous le capot! Pour cause, entre le flash à régler et le zoom à clipper, j’en perds le nord ! Il faut dire que je ne suis pas une afficionado du Lomo. Par ailleurs, je me rends compte au fur et à mesure que la bête n’offre pas la même ouverture de champ qu’un autre appareil photo. C’est une contrainte qui a tout son charme et à laquelle je suis obligée de me plier. Comment gérer la lumière? C’est encore une autre question. C’est à vrai dire une surprise quand on découvre les clichés. Le flash me laisse encore perplexe, mais c’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Néanmoins, en terme d’ergonomie l’appareil est simple comme tout, comme un jouet pour les grands… la Sardina est un petit régal !

Retrouvez le compte rendu détaillé de Charline sur le blog de l’Atelier Paulette
__

Vous pouvez retrouver toutes les informations détaillées sur les créations découvertes cette année en vous rendant sur le blog de l’atelier Paulette Magazine !

Préparez vous à naviguer sur les sept mers avec La Sardina collection! Cest appareils 35mm sont équipés d’une optique grand angle, de la fonction superposition et de deux molettes de rembobinage — tout ce dont vous avez besoin pour vos expéditions lomographiques ! Achetez La Sardina maintenant !

written by fredericdith

No comments yet, be the first

Read this article in another language

This is the original article written in: Français. It is also available in: English.